08 RC BLINDES ARDENNES, le forum de toutes les passions en modélisme Forum Index
08 RC BLINDES ARDENNES, le forum de toutes les passions en modélisme
Chars RC, véhicules RC et statiques, dioramas, slot-racing, bateaux, avions et hélicoptéres, modélisme ferroviaire, figurines, jouets anciens...
 
08 RC BLINDES ARDENNES, le forum de toutes les passions en modélisme Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

:: ASTON MARTIN DB5 JAMES BOND ::

 
Post new topic   Reply to topic    08 RC BLINDES ARDENNES, le forum de toutes les passions en modélisme Forum Index -> Slot racing, (véhicules, circuits, techniques et courses), profils, historique, illustrations autos et motos,... -> Historique et illustrations
Previous topic :: Next topic  
Author Message
F5JFS
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 23 Jan 2012
Posts: 1,976,501
Localisation: Sud 77
Masculin
Point(s): 1,976,019
Moyenne de points: 1.00

PostPosted: Sun 22 Apr - 14:09 (2012)    Post subject: ASTON MARTIN DB5 JAMES BOND Reply with quote



PRESENTATION DE L’ASTON MARTIN DB5 (1963-1965) DE JAMES- BOND…

Après la carrière plutôt discrète mais réelle et efficace de l'Aston Martin DB4, David Brown et son équipe dévoile une nouvelle voiture, qui est surtout une évolution réactualisée de la DB4, avec des inspirations de DB4 GT. Mais, cette fois-ci, le marketing et la publicité allaient être utilisés par la magie du 7éme art. La DB5 en devenant la voiture du plus célèbre agent secret du MI6, va obtenir une renommée internationale reconnue…

Voilà la première rencontre de 007 avec l’Aston Martin DB5, dans Goldfinger.
James Bond « Ou est ma Bentley ? »
Q « elle a fait son temps j’en ai bien peur »
James Bond «Elle ne m’a jamais lachée »
Q « c’est M qui ordonne double 07, on vous octroie cette Aston Martin DB5 modifié ».
Au moment du tournage de Goldfinger la DB5 était le nouveau modèle de la marque.



L’Aston Martin DB-5 et ses gadgets font de la voiture de Bond dans Goldfinger un des plus célèbres véhicules de l’histoire du cinéma. Elle sort l'espion de multiples embûches tout au long du film.

Issue de la collaboration entre le superviseur des effets spéciaux, John Stears, le décorateur Ken Adam et l’usine automobile Aston Martin, la DB-5 de Bond est équipée d’une quantité de gadgets, plus imaginatifs les uns que les autres :
- d'un pare brise, d'une glace latérale et d'unelunette arrière à épreuve des balles,
- d'une plaque d’immatriculation transformable avec 3 numéros (France, Angleterre, Suisse) BMT 216A, LU 6789 et 4711-EA-62,
- d'un accoudoir très spécial avec un mécanisme de défense, comportant écran de fumée, nappe d’huile, écran par balle arrière, mitraillette aille avant droite et gauche,
- dans le levier de changement de vitesse, le petit bouton rouge, pour actionner le siège éjectable du passager avant, tailladeurs de pneus,
- sur le tableau de bord, un écran radar permet de suivre les véhicules ennemis, lorsqu’ on y a dissimulé au préalable une balise de localisation.



Elle reprend du service dans Opération Tonnerre un an plus tard, cette fois, elle sera équipée de lanceurs d’eau à l’arrière.
On l'a même revu brièvement aux prises avec une Ferrari F 355 sur les hauteurs de Monte-Carlo dans Goldeneye en 1995.

Au départ, James Bond est peu enthousiaste à l'idée d'utiliser une Aston Martin, il est sentimentalement attaché à sa Bentley Mark IV. Q informe sèchement 007 que la Bentley a fait son temps et M le prie expressément d'utiliser la DB5.
Quand Bond eu besoin d'une voiture pour ces missions, Ian Fleming lui octroya une DBII dans Moonraker et une DBIII dans Goldfinger. Au moment du tournage de Goldfinger, la DB5 était le nouveau modèle de la marque.

Aston Martin Lagonda Ltd était au plus mal quand Harry Saltzman et Ken Adam vinrent afin obtenir deux voitures de la société.
Aston Martin fut créé en 1914 avec beaucoup d'amour et de passion par Lionel Walker Birch Martin et Robert Bamford dans un garage de Londres, à Kensington. La première Aston Martin était un hybride bizarre équipé d'un moteur Coventry Simplex de 1400 cc et d'un châssis d'Isotta Fraschini. Martin construisit un nouveau prototype en 1920 et ce n'est qu'à partir de 1923 que fut mis en vente le premier modèle.
En novembre 1924, c'est la faillite et la société est rachetée par Renwick & Bertelli qui s'installe à Feltham dans le Middlesex et produit dix-neuf voitures. Ces voitures s'illustrent dans de nombreuses courses mais une crise financière provoque la vente de la compagnie à Frazer Nash, un transporteur.
En 1933, Aston Martin produit 105 voitures et renforce sa réputation sur les circuits. Un nouveau modèle est dessiné en 1936 par Bertelli et Claude Hill prend le contrôle jusqu'à la fin de la guerre.

En 1947, David Brown rachète Aston Martin (d'où les initiales DB sur les nouveaux modèles) et la société Lagonda Company. L'année suivante est présentée au London Motor Show, l'Aston Martin DB1, un quatre cylindres, moteur 2 litres au prix de 23 300 Francs. Quinze voitures seront vendues avant l'apparition de la DBII, six cylindres, 2.5 litres et dessiné par W.O. Bentley, le fondateur de Bentley. La DBII est un succès immédiat, six voitures sont vendues la première semaine de commercialisation. Vient la DBIII, puis en 1958, la DB4, beaucoup plus raffinée que les précédents modèles. En juillet 1963, commence la fabrication de la DB5 et en deux ans seront vendus 1018 véhicules.

Harry Saltzman, Ken Adam, Guy Hamilton et Richard Maibaum ne sont pas étrangers à cette réussite. La DB5 de James Bond, rouge à l'origine, fut repeinte dans une couleur usine appelée Silver Birch et fut équipée de tous les gadgets. La DB5 devint un modèle de référence et la voiture fit le tour du monde grâce à sa présence dans Goldfinger, Eon allant même jusqu'à vendre une licence à Corgi Toys qui écoula plusieurs millions de modèles réduits.
La DB5 fut remplacée par la DB6 puis par la DBS, les ventes commencèrent à fléchir. La crise pétrolière de 1973 fit perdre une grosse partie de sa valeur à Aston Martin et David Brown devenu Sir David vendit la marque à la Company Developments Ltd puis se retira du monde des affaires. L'année suivante la société fut déclarée en faillite et un Canadien enthousiaste reprit le contrôle jusqu'en 1986. En 1987, Aston Martin fut absorbée par Ford qui produisit la DB7.

Quant à Lionel Martin, il fut renversé et tué alors qu'il circulait à bicyclette le 14 octobre 1945 à Kingston-Upon-Thames. Il avait 67 ans…

Quatre Aston Martin DB5 "007" furent crées dans les années 60, seules deux seront utilisées sur les tournages de Goldfinger et Opération Tonnerre. Une, baptisée Effect Car, pour les effets spéciaux et gadgets, et l'autre, baptisée Road Car, pour les scènes d'action et de route. A des fins promotionnelles, Eon Productions fit construire deux répliques de l'Aston Martin, mais ces voitures n'apparaîtront jamais dans les films.



Depuis, les deux voitures de tournage appartiennent à des particuliers américains (dont une volée à Boca Raton en 1997 et jamais retrouvée), ainsi qu'une des deux répliques. La quatrième est visible au Nationaal Automobiel Museum de Louwman en Hollande.

SON HISTOIRE…

L'Aston Martin DB5 se distingue de la DB4 par quelques détails : catadioptres intégrés dans les extrémités du pare-chocs arrière, éclairage de plaque de police peint ton caisse, logo "DB5" sur la droite de la malle arrière...

Créé en 1914 par Lionel Martin qui s'est illustrée en tant que pilote à la course de côte d'Aston, Aston Martin va construire une cinquantaine de voitures sportives de 1500 cm3 qui s'illustreront dans diverses compétitions. La plus célèbre de toutes fut celle que l'on appela "Green Pea" (poids vert). Mais dès 1925, la société est en faillite et MM. Renwick et Bertelli reprennent l'affaire moribonde. Ils fabriqueront les fameuses Ulster, International jusqu'en 1936. Mais là encore, les affaires tournent mal. Puis Gordon Sutherland, aidé de l'ingénieur Claude Hill, rachètent la firme et fabriquent des 2 litres (c'est donc l'abandon du moteur 1,5 litres) jusqu'en 1940. Mais à chaque reprise, l'histoire se répète : mauvaise gestion, prix de vente dissuasif et dépenses faramineuses conduisent à la faillite. C'est alors que David Brown, fabricant d'engrenages fortuné, va s'ériger en énième sauveur de la marque, et va dans le même temps racheter Lagonda. Le constructeur Aston Martin - Lagonda est donc créé en 1940. La période de la guerre n'est évidemment pas très propice au développement de nouveaux modèles, et surtout à la vente de modèles sportifs et luxueux. Après la guerre, David Brown va développer des modèles qui correspondront à son image : sportives et bourgeoises. Jusqu'en 1958, différents modèles de la DB2 à la DB4 inaugurant les dénominations portant ses initiales (DB : Davis Brown) vont donc être produites en petites quantités, bénéficiant d'une image exceptionnelle, mais seulement auprès des amateurs avertis fortunés. Ensuite, l'engagement en compétition d'Aston Martin, notamment avec des victoires aux 24Heures du Mans, alors une des épreuves phares dans le monde entier avec le GP de Monaco et les 500 Miles d'Indianapolis, et la commercialisation de l'Aston Martin DB4 vont inverser la tendance. Aston Martin sera toujours performant et luxueux, mais sa notoriété et ses volumes de production vont croître sensiblement. Alors pour sa grosse évolution, baptisée Aston Martin DB5, David Brown va lancer son modèle dans une carrière au retentissement international, avec la voiture de James Bond dans le film de Goldfinger. Un véritable succès, et jamais Aston Martin n'aura vendu alors autant de voitures, notamment en France.



SON DESIGN…

Pour réussir là où les autres avaient échoué, David Brown a su s'entourer d'hommes compétents et motivés. Ainsi, John Wyer viendra apporter son concours, avant de devenir l'homme clé des succès de la Ford GT40 (!), Tadek Marek, un ingénieur d'origine polonaise, s'occupera des conceptions des moteurs 6 cylindres, puis du V8, et le carrossier Touring qui s'occupera de la partie design et conception. Justement, Touring a mis au point une technique appelée " Superleggera ". L'Aston Martin DB5 va en profiter. Le principe est relativement simple et pour but d'alléger au maximum les carrosseries : une structure tubulaire, reçoit des feuilles d'aluminium qui composent les panneaux de carrosserie. C'est donc un gage de légèreté, sans perdre la rigidité nécessaire à une bonne tenue de route, surtout sur les voitures de sport. Ce principe sera déployé à la compétition pendant des années. La ligne dessinée par Touring était dans la continuité de celle de la DB4, fortement inspirée de la variante DB4 GT. Les phares avant sont donc sous globe, des catadioptres intègrent les deux extrémités du pare-chocs arrière et l'éclairage de plaque de police arrière est désormais peint. Bien entendu, un sigle " DB5 " sera apposé sur la droite de la malle arrière. La ligne de l'Aston Martin DB5 est bien dans le ton des GT de l'époque, à l'image des Ferrari 250 GT notamment. Il est à noter que chaque panneau de carrosserie était formé entièrement à la main, au marteau !! Le carrossier partait d'une tôle d'aluminium plane, et la formait au marteau… Nous étions alors très loin du taylorisme ou du fordisme. L'habitacle est traité dans un style sportif mais luxueux. Ainsi, une batterie de cadrans rappelait la vocation sportive de l'Aston Martin DB5, mais la finition, à l'inverse de certaines italiennes, ne supportait pas la critique. Le cuir, en provenance de Connolly off course était issu des même peaux que celles prévues pour les Rolls-Royce.



SON MOTEUR…

C'est Tadek Marek, l'ingénieur motoriste d'Aston Martin - Lagonda qui va concevoir le six en ligne qui anime l'Aston Martin DB5. Tout en aluminium coulé, ce magnifique six en ligne, à 2 arbres à cames en tête, aura été initialement testé sur le prototype DBR2 en course. Sur l'Aston Martin DB4, la première version de ce moteur sera monté et il se distinguera par une puissance et un couple disponibles suffisants allié à une fiabilité étonnante. Avec l'embourgeoisement de l'Aston Martin DB5 et la prise de 150 kg d'excédent, il convient d'augmenter la puissance du moteur pour que les performances n'en pâtissent pas, surtout comparées à la DB4. La cylindrée évolue donc pour passer de 3,6 litres à 4 litres. La puissance gagne 42 ch pour passer à 282 ch à 5 500 tr/mn tandis que le couple moteur se porte à une valeur très respectable de 38,6 mkg à 4 500 tr/mn. Pour y parvenir, en plus de l'augmentation de la cylindrée, une batterie de 3 carburateurs SU HD8 sont montés. Le réglage du moteur ne peut donc qu'être confié à un spécialiste qui connaît. Chaque moteur était assemblé à l'usine d'Aston Martin par un seul et même compagnon. Mais l'augmentation de ces valeurs, elles ne permettent plus de conserver une marge de sécurité suffisante pour la boîte de vitesses à 4 rapports avec overdrive fabriquée chez David Brown. Aston Martin - Lagonda devra se tourner vers ZF pour la fourniture d'une boîte à 5 rapports synchronisés. Avec une telle mécanique, l'Aston Martin DB5 n'amusait pas la galerie et, en fonction de la longueur du pont pouvait autoriser 240 km/h en vitesse maximum. Le 0 à 100 km/h était abattu en moins de 8 secondes, valeur encore actuelle que peu de voitures peuvent revendiquer. Grâce à sa distribution évoluée, ce moteur peut aller dans les hautes rotations sans sourciller. Pour le son, la batterie de carburateur se charge du tempo, et si vous souhaiter entendre son grondement sourd, regardez donc le film " Goldeneye " avec Pierce Brosnan lorsqu'il fait une course avec une Ferrari F355 Berlinetta sur la Corniche. Magique !



SON CHASSIS…

Le châssis est caissonné en acier, sur lequel est soudé la structure tubulaire " Superleggera ". L'essieu avant est composé de triangles superposés avec ressorts hélicoïdaux , une barre antiroulis et une barre stabilisatrice latérale. L'essieu arrière utilise une technique plus conventionnelle avec un pont arrière rigide, des jambes de poussée, une timonerie de Watt et un amortisseur à levier. La direction est à crémaillère, gage de précision, et les quatre freins sont assistés composés de disques. Les roues Rudge en 15 pouces sont à rayons, comme à la belle époque, et sont chaussées de pneus 6.70 15. Comme toute Aston Martin qui se respecte, la DB5 conserve la philosophie chère à David Brown. La DB5 est donc efficace tout en restant confortable. Un commutateur à quatre positions au tableau de bord permet même de régler le tarage des amortisseurs ! En forçant le rythme, la DB5 conserve sa précision de conduite et le pont arrière ne se fait pas trop sentir. Mais c'est surtout en vraie GT des temps moderne qu'elle est le plus à l'aise. Seul le freinage d'époque, malgré ses quatre disques, incite à l'anticipation…



CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE L’ASTON-MARTIN DB5...

Moteur : 6 cylindres en ligne, 12 soupapes 2 arbre à cames en tête, position longitudinale AV, alimentation par 3 carburateurs SU HD 8., cylindrée de 3995 cm3, alésage x course : 96 x 92 mm, puissance 282 chevaux à 5500 tours / minute, couple maxima de 39,6 Mkg à 4500 tours par minute.
Transmission : AR
Boîte de vitesses manuelle à 5 rapports (sur option automatique à 4 vitesses).
Poids : 1468 kg
Freins : Disques Girling sur les 4 roues avec deux circuits séparés et deux servos.
Pneus : Dunlop 402, AV et AR 6.70 15
Vitesse maxima : 240 km/h0
Accélérations : 400 m DA en 16 secondes, de 0 à 100 km/h en 7,5 secondes.
Longueur x largeur x hauteur 457 x 168 x 135 cm
Largeur : 1,68 m
Hauteur : 1,35 m
Capacité du réservoir : 86 litres
Prix en 1963 : 41 750 FF



ANNECDOTE…

La légendaire voiture de James Bond, la Aston Martin DB5, a été vendue pour près de 3 millions d'euros, le mercredi 27 octobre 2010, à Londres ; Elle a été conduite par Sean Connery dans dans le film Goldfinger.

Elle est équipée d’un siège éjectable, de (faux) pistolets sous les phares et d’un pare-brise blindé. La mythique Aston Martin DB5, véhicule emblématique de James Bond, a été vendue aux enchères mercredi, à Londres, pour la somme de 2,6 millions de livres (près de 3 millions d’euros).

L’heureux acquéreur est un homme d’affaires américain, Harry Yeaggy, qui a remporté la mise en quatre minutes à peine. «Je vais la conduire dès ce soir, s’est-il exclamé. C’est la voiture la plus célèbre du monde.» Le collectionneur pense exposer la voiture dans son musée personnel, dans l’Ohio.

Le bolide a été immortalisé dans Goldfinger (1964) et dans Opération Tonnerre (1965), où il était piloté par Sean Connery. Malgré ce pedigree, la voiture a été vendue moins cher que prévu car elle était estimée à 3,5 millions de livres (4 millions d’Euros).

Son précédent propriétaire, le journaliste américain Jerry Lee, avait acheté le véhicule 12.000 dollars, en 1969. Il veut reverser l’argent récolté à une œuvre caritative.



L’ensemble des informations données ici n’engage que moi.

73 QRO et bon slot à tous Okay !
_________________
http://slotmania.canalblog.com
Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Sun 22 Apr - 14:09 (2012)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    08 RC BLINDES ARDENNES, le forum de toutes les passions en modélisme Forum Index -> Slot racing, (véhicules, circuits, techniques et courses), profils, historique, illustrations autos et motos,... -> Historique et illustrations All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group